Vu au Sud - Vu du Sud

« Venir sur le marché mondial se prépare. Si nous allons à cette ouverture sans suffisamment de préparation, ce sera nuisible à nombre de nos secteurs économiques et sociaux. Aller tout de suite aux APE n’est pas la solution .» Tertius Zongo, Premier ministre burkinabè.

Les sacs de 25 kg de lait en poudre sont passés, en Afrique de l'Ouest, quand on en trouve, de 40 000 F à 80 000 F, et cela en quelques jours. Malheur des uns, mais bonheur des autres.

Les communautés villageoises burkinabè ont démontré qu’elles sont bien capables d’atteindre des résultats si l’occasion leur en est donnée.

Du 30 mai au 6 juin 2007, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tient une réunion à Ouagadougou. Au nombre des sujets à l’ordre du jour, la consolidation du processus d’intégration régionale, la définition du Tarif extérieur commun (TEC - c'est le TEC qui définit l'ensemble des droits de douanes perçus à l'importation, et donc qui protège - ou ne protège pas ! - l'agriculture ou l'industrie d'un pays), les négociations sur les Accords de Partenariat Economique (APE).

En Afrique australe et orientale, les Églises, et aussi différentes ONG élèvent la voix contre les Accords de Partenariat Économique tels qu'ils sont aujourd'hui entre l'Union européenne et les pays africains.