Justice et Paix

" Je suis homme, l'injustice envers d'autres hommes révolte mon coeur. Je suis homme, l'oppression indigne ma nature. Je suis homme, les cruautés contre un si grand nombre de mes semblables ne m'inspirent que de l'horreur. Je suis homme et ce que je voudrais que l'on fit pour me rendre la liberté, l'honneur, les liens sacrés de la famille, je veux le faire pour rendre aux fils de ces peuples l'honneur, la liberté, la dignité. " (Cardinal Lavigerie, Conférence sur l'esclavage africain, Rome, église du Gesù)

 

NOS ENGAGEMENTS POUR LA JUSTICE T LA PAIX
S'EXPRIMENT DE DIFFÉRENTES MANIÈRES :

En vivant proches des pauvres, partageant leur vie.
Dans les lieux de fractures sociales où la dignité n'est pas respectée.
Dans les communautés de base où chaque personne est responsable et travaille pour le bien commun.
Dans les forums internationaux pour que les décisions prises ne laissent personne en marge.

Dans cette rubrique, nous aborderons différents engagements des Missionnaires d'Afrique, en particulier notre présence auprès des enfants de la rue à Ouagadougou et la défense du monde paysan.

 

Déjà le 10 février 2013, dans l'article n° 468 du site "abcburkina.net", le Père Maurice Oudet dénonçait la "ruée vers l'or au Burkina" (lire la suite) . Dans le texte qui suit, (Petit Echo novembre 2013) il en reprend quelques éléments mais développe tout ce que la multiplication des sites d'orpaillage apporte comme méfaits pour les populations, surtout les enfants.

Dans le numéro n° 100 de "Voix d'Afrique" de septembre 2013, un article qui parle du centre Delwende, qui accueille de nombreuses personnes qui ont été chassées de leur famille et de leur village.

Le dernier numéro de la revue "Voix d'Afrique" (n° 100, septembre 2013) publie un long article sur les difficultés qu'ont les africains au sud du Sahara à émigrer vers l'Europe.

 

Au moment où nous célébrons les 125 ans de la campagne du Cardinal Lavigerie contre l’esclavage, son esprit est vivant chez des femmes, Lea Ackerman et Connie Gemme. Elles suivent ses pas avec la même passion que lui pour lutter aujourd’hui contre les esclavages de la pauvreté, de l’ignorance, des abus, du trafic des personnes, de la traite aux fins d’exploitation sexuelle, de l’exclusion.

Dans le dernier numéro de la revue "Voix d'Afrique", du mois de juin 2013, un article qui retrave l'histoire des efforts pour réguler le commerce des armes. Malgré les multiples difficultés restantes, un peu d'espoir est permis.