Justice et Paix

" Je suis homme, l'injustice envers d'autres hommes révolte mon coeur. Je suis homme, l'oppression indigne ma nature. Je suis homme, les cruautés contre un si grand nombre de mes semblables ne m'inspirent que de l'horreur. Je suis homme et ce que je voudrais que l'on fit pour me rendre la liberté, l'honneur, les liens sacrés de la famille, je veux le faire pour rendre aux fils de ces peuples l'honneur, la liberté, la dignité. " (Cardinal Lavigerie, Conférence sur l'esclavage africain, Rome, église du Gesù)

 

NOS ENGAGEMENTS POUR LA JUSTICE T LA PAIX
S'EXPRIMENT DE DIFFÉRENTES MANIÈRES :

En vivant proches des pauvres, partageant leur vie.
Dans les lieux de fractures sociales où la dignité n'est pas respectée.
Dans les communautés de base où chaque personne est responsable et travaille pour le bien commun.
Dans les forums internationaux pour que les décisions prises ne laissent personne en marge.

Dans cette rubrique, nous aborderons différents engagements des Missionnaires d'Afrique, en particulier notre présence auprès des enfants de la rue à Ouagadougou et la défense du monde paysan.

 

L'Indice de Développement Humain est un indice statistique créé en 1990 par le Programme des Nations Unies pour le Développement. Son objectif est d'établir un aperçu global du niveau de vie des pays en prenant compte trois principaux critères : l'espérance de vie à la naissance, le niveau d'éducation, et le niveau de vie. (lire la suite)

L'Assemblée des ordinaires catholiques de Jérusalem, par le biais de sa commission Justice et Paix, lance un appel à la paix et au dialogue. Ce texte daté du 8 juillet 2014 n'en est que plus valable alors que la violence va en augmentant. (lire la suite)

Sur le Blog des Assomptionnistes Afrique de l'Ouest, cet article intéressant sur la session Justice et Paix (JPIC)qui a commencé le 6 juillet au CAMI (Centre d'Accueil de Marie Immaculée) à Ouagadougou.

(lire la suite)

Un article du Père Bernard Ugeux, pris sur le site www.mafrome.org. Certaines multinationales mises en cause dans des cas d'injustice flagrante prétendent que la faute en revient à leurs filiales oeuvrant sur le terrain. Qu'en est-il réellement ?

Léonora Miano, Camerounaise, a reçu, le mercredi 6 novembre 2013, le prix Femina pour son livre «La saison de l’ombre», sur la traite négrière et ceux qui y ont résisté.
Merci à Voix d'Afrique n° 102, qui a publié l'article suivant à son sujet.