Vu au Sud - Vu du Sud

Minusma: la Côte d'Ivoire annonce à son tour le départ de ses troupes du Mali

 

Après la France, la Suède et le Royaume-Uni, la Côte d'Ivoire a annoncé un retrait de ses troupes déployées au Mali dans le cadre de la Minusma, la mission onusienne pour la stabilisation de la région. Au total, 900 casques bleus ivoiriens vont quitter progressivement le territoire malien d'ici août 2023.

Avec notre correspondant à Abidjan, François Hume-Ferkatadji

La Côte d'Ivoire « confirme le retrait progressif des personnels militaires et de police ivoiriens déployés au sein de la Minusma », peut-on lire dans un courrier rédigé par la mission permanente de la Côte d'Ivoire auprès de l'ONU et adressé à Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint aux opérations de paix des Nations unies.

Les derniers soldats ivoiriens quitteront le territoire malien en août 2023, sans être relevés.

►Lire aussi : Le Royaume-Uni annonce le retrait anticipé de ses troupes du Mal

Le texte précise également que « la relève de la compagnie de protection basée à Mopti ainsi que le déploiement des officiers d'état-major et des officiers de police prévus respectivement en octobre et novembre 2022 ne pourront plus être effectués ».

Contexte tendu depuis l'affaire dite des « 49 militaires »

Cette lettre ne donne pas les raisons de ce « retrait progressif ». Mais il intervient alors que les relations diplomatiques entre le Mali et la Côte d'Ivoire se sont considérablement dégradées depuis l'affaire dite des « 49 militaires », des soldats arrêtés et placés aux arrêts à Bamako le 10 juillet dernier.

Si trois d'entre eux ont été libérés, 46 sont toujours détenus au Mali, accusés par la justice malienne de « tentative d'atteinte à la sûreté de l'État ». Le pouvoir malien les soupçonne par ailleurs d'être des « mercenaires » qui avaient pour mission de déstabiliser le pays.

De son côté, la Côte d'Ivoire a toujours réfuté ces accusations, assurant que ces soldats étaient appelés en opération de soutien logistique à la Minusma.

Le Togo joue le rôle de médiateur entre la Côte d'Ivoire et le Mali depuis le 28 juillet, mais les négociations n'ont toujours pas permis d'aboutir à un règlement de cette affaire.

►À relire : Mali : l'affaire des soldats ivoiriens détenus à Bamako « ne concerne pas l’ONU »

Dette : le Tchad obtient un accord inédit avec ses créanciers privés

Après deux ans de négociations dans le Cadre commun mis en place par le G20 et le Club de Paris, N’Djamena est parvenu à un accord de principe sur la restructuration de près de 3 milliards de dollars de sa dette extérieure.

Mis à jour le 14 novembre 2022 à 18:06
 Ndjamena
 
 
 

À N’Djamena, sur la place de la Nation. © Abdoulaye Barry pour JA

 

« Nous attendions ce jour », a déclaré Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) dans un communiqué diffusé 48 heures après l’accord.

La dirigeante bulgare a également souligné que le traitement de la dette est « conforme aux objectifs du programme soutenu et approuvé par le FMI en décembre 2021 ». Une évolution qui réduit le risque de surendettement à un moment où les perspectives mondiales sont très incertaines. Et devrait par la même occasion ouvrir la voie à l’achèvement des première et deuxième revues de l’accord triennal de la facilité de crédit élargie (FCE) du Tchad autour du 22 décembre, « ce qui contribuera à mettre l’économie du pays sur la voie d’une croissance économique durable et de la réduction de la pauvreté ».

À LIREAbebe Aemro Selassie (FMI) : « L’Afrique doit jongler avec le développement durable et le développement tout court »

Difficile entente avec Glencore

Le Tchad est le premier pays à parvenir à un accord dans le Cadre commun pour les traitements de dette du G20 et du Club de Paris, mis en place le 13 novembre 2020 et également promu par le FMI, qui avait été sollicité aussi par l’Éthiopie et la Zambie. Pour rappel, N’Djamena avait initialement conclu un accord avec ses pays créanciers en juin 2021, mais avait eu du mal à trouver un terrain d’entente avec le principal créancier privé : le négociant suisse de matières premières Glencore ainsi qu’un consortium de banques concernées.

Le 13 novembre, le FMI a donc officiellement salué le travail du comité coprésidé par la France et l’Arabie saoudite, et également composé de la Chine, de l’Inde, ainsi que plusieurs entités privées – dont le géant suisse du trading. Ce mécanisme est une également une première, car il marque l’entrée de la Chine dans le multilatéralisme, alors que Pékin refusait jusqu’alors de négocier auprès d’instances communes.

À LIREAnnulation de la dette chinoise : qui sont les créanciers de l’Afrique ?

Pas d’allègement de la dette

L’accord actuel appelle les créanciers du Tchad à reporter ou à rééchelonner sa dette en 2024, afin que le ratio service de la dette/recettes passe de 20 % à moins de 14 %, puis à 12,4 % d’ici à 2025. L’objectif étant de garantir que le niveau d’endettement du pays reste inférieur au seuil de « risque modéré de surendettement », notamment pour garantir la poursuite des prêts du FMI qui ne sont possibles que sous certaines conditions. En effet, en décembre 2021, alors que l’institution de Bretton Woods avait qualifié « d’insoutenable » la dette tchadienne, tout soutien financier était bloqué.

Toutefois, en prenant en compte la hausse des prix du pétrole qui a stimulé les revenus du pays, les créanciers ont refusé d’alléger sa dette. Le comité s’est cependant engagé à se réunir au cas où les prix du pétrole connaîtraient une nouvelle baisse. Une annonce vivement critiquée par le président de la Banque mondiale, David Malpass, qui a indiqué rester « profondément préoccupé » par la capacité à long terme du Tchad à rembourser ses 3 milliards de dollars de dette extérieure. Pour mémoire, la dette de N’Djamena a déjà été restructurée  en 2015 et en 2018.

À LIRE« L’Afrique n’a pas besoin d’aide alimentaire »

145 millions de dollars du FMI

D’après un communiqué publié le 11 novembre par le ministère tchadien des Finances, du Budget et des Comptes Publics, ce nouvel accord devrait permettre au pays de « restaurer la soutenabilité de la dette publique, tout en assurant une protection contre la volatilité des prix du pétrole grâce à l’introduction de mécanismes de traitement contingent ».

Plus concrètement, le Tchad devrait recevoir dans un premier temps 145 millions de dollars de financement de la part du FMI, mais cela uniquement après l’approbation des revues de l’accord triennal par le conseil d’administration. Cela devrait par la suite permettre de débloquer plusieurs centaines de millions de dollars de fonds supplémentaires de la part des créanciers bilatéraux et multilatéraux, dont la Banque mondiale.

À LIREDette africaine : à quoi ont servi les milliards du FMI ?

la dette Glencore

À ce jour, la dette commerciale du Tchad détenue par Glencore correspond à 700 millions de dollars, majoritairement à travers des accords de pétrole contre espèces conclus en 2013 et 2014. Car à cette époque, le pays n’avait pas accès au marché international de la dette.

Asma Lamrabet : « Au Maroc, la question des droits des femmes n’est pas prioritaire »

Mohammed VI a plaidé pour une refonte du Code de la famille. Asma Lamrabet, essayiste et auteure de plusieurs ouvrages sur la femme et l’islam, insiste sur l’urgence de mener cette réforme. Tout en s’inquiétant de l’immobilisme politique.

Mis à jour le 12 novembre 2022 à 11:41
 

asma



Asma LAMRABET © MONTAGE JA : DR



L’ACTU VUE PAR – Dix-huit ans après la Moudawana, Mohammed VI appelle à une refonte de ce texte considéré comme « révolutionnaire » pour le statut des femmes à l’époque. Aujourd’hui, comme l’a souligné le monarque dans son discours prononcé le 30 juillet dernier à l’occasion de la Fête du Trône, cette mouture du Code de la famille « ne suffit plus en tant que telle ». Plusieurs contradictions et obstacles sont apparus, révélés par l’expérience sur le terrain, et qui s’opposent à l’esprit de la Moudawana, ainsi qu’à celui de la Constitution de 2011, qui met en avant une égalité parfaite entre les hommes et les femmes.

À LIREDroits des femmes au Maghreb : l’influence de la charia

Médecin biologiste, auteure de plusieurs ouvrages sur la place des femmes dans l’islam, Asma Lamrabet dirige la Chaire “Genre” à la Fondation euro-arabe de l’Université de Grenade depuis mars 2018. Dans cet entretien, celle qui milite depuis plusieurs années pour l’égalité des genres au Maroc, que ce soit en matière juridique, économique ou sociale, explique ce qu’on peut attendre de cette réforme annoncée, tout en pointant les défis auxquels elle sera confrontée dans une société traversée par une vague de conservatisme.

Jeune Afrique : Mohammed VI a invité à une réforme « audacieuse et juste » du Code de la famille. Pourquoi ce texte de 2004 doit-il être modifié ? 

Asma Lamrabet : Ce texte, qui constituait certes une belle avancée il y a 18 ans, a permis de nombreux acquis. Mais il comporte des anachronismes et des éléments qui sont en déphasage avec la transformation sociétale actuelle, ainsi qu’avec les conventions internationales que le Maroc a signées, et avec le référentiel des droits humains. Il faut donc une réforme globale du Code de la famille, qui abroge tout ce qui est discriminatoire parce que ça entre en contradiction avec la Constitution de 2011, rédigée après la Moudawana et qui prône, elle, l’égalité entre les hommes et les femmes. Contradiction aussi avec une lecture éthique du référentiel religieux prôné par cette même Constitution, qui parle d’une religion musulmane modérée et qui appelle à ne pas en faire une lecture rigoriste, conservatrice ou traditionaliste. On ne peut plus cautionner des interprétations « fiqhiques », juridiques, du texte coranique, qui remontent au VIIIe siècle et qui parfois n’ont aucune légitimité ni coranique, ni même en lien avec la tradition du Prophète.

Cette volonté affichée se traduit-elle dans les faits ?

L’existence d’une haute volonté politique est quelque chose de très positif. En revanche, ce qui me désole, c’est qu’après un tel discours, qui représente clairement un feu vert, un appel aux décideurs politiques et à tous les acteurs concernés par ces réformes, la réponse reste assez tiède. C’est vrai qu’il y a quelques tables rondes organisées ici et là, mais au niveau du débat politique nous sommes quasiment dans un silence assourdissant.

À LIREHicham Houdaïfa : « La Moudawana doit être réformée d’urgence » au Maroc

Longtemps, on s’est caché derrière la présence d’un gouvernement PJD pour justifier les retards à réformer. Mais aujourd’hui l’exécutif est libéral. Il semblerait qu’au Maroc, qu’on soit de gauche ou de droite, conservateur ou islamiste, la question des droits des femmes n’est pas prioritaire pour la majorité des acteurs politiques.

Quels sont les principaux obstacles à lever ?

Les politiciens ne s’aventurent pas sur ce terrain de peur de perdre une partie de leur électorat et de l’opinion publique parce que la société est majoritairement conservatrice, minée par l’islam wahhabite et l’islam politique pendant des décennies. D’autant plus que la réforme de l’approche du religieux et des manuels scolaires est encore très insuffisante. Sans parler du cadre universitaire et des institutions religieuses officielles où, en dehors de la présence minoritaire de quelques théologiens ou penseurs indépendants, aucune approche réformiste globale de la pensée religieuse n’a été opérée.

Quelles sont les règles et lois à réformer en priorité ? 

On peut citer la règle du taâsib, l’héritage par agnation qui oblige les filles d’un défunt à partager leur héritage avec des parents mâles, qui est totalement dépassée comme approche juridique. Cette jurisprudence, qui trouve son origine dans le droit romain avant d’être reprise par le Fiqh traditionaliste, répondait à une situation de vide juridique lorsque les filles, dont le père venait à mourir et qui ne travaillaient pas, étaient prises en charge par un membre de la famille paternelle.

Aujourd’hui, nous vivons dans des schémas de familles nucléaires. Je ne vois pas pourquoi des oncles et des cousins éloignés viendraient partager le patrimoine de filles seules, sans enfant garçon, alors que ces dernières se sont occupées de leur père âgé jusqu’à la fin de sa vie. Et ce d’autant plus que cette règle ne trouve sa légitimité ni dans le texte fondateur du Coran, ni dans la tradition du prophète. C’est un pur produit du Fiqh islamique.

Certes, il est possible de contourner la loi actuellement via des donations de biens effectuées par les pères de leur vivant à leurs filles. Mais pourquoi un contournement ? Pourquoi cette hypocrisie ? Il faut abroger cette loi.

Qu’en est-il du maintien de la tutelle juridique parentale exclusive aux hommes ? 

On ne peut plus l’accepter.  Il y a une contradiction dans le Code de la famille de 2004, qui plaidait pour la responsabilité familiale partagée, tout en soulignant que la tutelle juridique revient toujours à l’époux. En clair, la femme ne peut pas obtenir le moindre papier administratif pour ses enfants si elle n’a pas l’autorisation du père. Si les deux époux sont co-responsables de la famille, l’égalité juridique doit suivre.

À LIREMaroc – Nouzha Skalli : « La loi sur les violences faites aux femmes n’est pas à la hauteur »

Idem pour la polygamie qui, à mes yeux, doit être totalement abrogée. Le Coran est clair là-dessus, c’est la monogamie qui est la norme. La polygamie est certes possible, mais à condition que l’égalité entre les épouses soit totale… Tout en ajoutant que cette égalité ne peut jamais être complètement atteinte. Le texte pose une condition éthique à la polygamie, qui était une exception à l’époque et qui est devenue, avec le temps et la lecture patriarcale, un droit des hommes.

La législation seule ne suffit cependant pas à régler tous ces problèmes. On le voit bien sur la question du mariage des filles mineures : la loi actuelle fixe l’âge minimum à 18 ans. Mais la réalité est toute autre… 

L’égalité entre les garçons et les filles a été inscrite dans la loi, avec un âge du mariage fixé à 18 ans, mais la possibilité a été donnée aux juges d’accorder des dérogations. Et on voit bien que les mariages de filles mineures ont explosé, notamment en milieu rural. Je ne suis pas en train de dire qu’au Maroc, la majorité des juges, qu’ils soient hommes ou femmes, ont une vision patriarcale.

À LIRELes Marocaines, libres mais pas trop…

Bien souvent, c’est le contexte socio-économique qui pousse ces adolescentes à venir avec leur père demander une autorisation pour se marier. Une jeune fille de 16 ans va préférer épouser un homme de 45 ans qui vit en Italie que de rester dans un milieu pauvre où elle n’a pas de perspective. Nous devons donc travailler sur l’éducation et les conditions socio-économiques pour que les réformes du Code de la famille soient appliquées à la réalité sociale.

La loi permettant de prouver la filiation des enfants nés hors mariage, question encore taboue, doit elle aussi être clarifiée, et le recours aux tests d’ADN doit être rendu possible pour permettre de protéger ces enfants, qui n’ont aucun droit civique tant qu’ils sont considérés comme illégitimes. Pour le moment, bien que le Code de la famille stipule qu’on peut utiliser des procédés scientifiques pour prouver la paternité, dans les faits, ils ne sont pas reconnus juridiquement.

N’y a-t-il pas un décalage entre ces situations et le nombre croissant de femmes marocaines qui accèdent à des postes de haut niveau ? 

Absolument. Ce sont les contradictions du modèle marocain dans lequel les femmes, tout en participant de façon importante au développement économique du pays, sont amputées d’un grand nombre de leurs droits, et invisibilisées. Juridiquement, les femmes restent mineures, mais aussi précarisées sur le plan socioéconomique.

Cette faille entre l’essor du pays qui progresse sur le plan économique – notamment grâce à ses femmes ! – et les discriminations juridiques et culturelles flagrantes que subissent les Marocaines fait que le pays est toujours parmi les derniers dans les listes du Global Gap Gender.

En 2018, vous avez été contrainte de démissionner de la Rabita Mohammedia des oulémas pour vos positions en faveur de la réforme de la loi sur l’héritage. En 2003, la volonté de réforme du Code de la famille affichée par Mohammed VI au début de son règne a provoqué des manifestations massives. Pensez-vous qu’il y a toujours un risque de forte opposition populaire ?

Nous ne sommes pas dans le même contexte qu’au début des années 2000, quand les gens sont descendus dans la rue par milliers. Aujourd’hui, les réformes peuvent se faire parce qu’il y a cette volonté politique et aussi, parce qu’il y a des mutations et de réelles métamorphoses sociétales en cours. Il y a aussi une conscience du fait que l’islam politique, au pouvoir pendant deux mandats, a été un échec. Un échec qui a permis à beaucoup de comprendre que les solutions ne sont pas aussi simplistes que le prétendait une certaine vision instrumentalisant le religieux à des fins politiques.

À LIREMaroc : Asma Lamrabet livre les raisons de sa démission de la Rabita des oulémas

Mais il faudra œuvrer intelligemment et dépassionner le débat dans l’intérêt du pays, en sortant de l’opposition entre référentiel religieux et référentiel universel humaniste. Il faut au contraire les réconcilier et démontrer que les valeurs éthiques du référentiel religieux sont en harmonie avec les principes humanistes universels de dignité, d’égalité et de justice.

Tchad: les autorités reconnaissent avoir envoyé plus de 600 détenus à Koro Toro

 

Trois semaines après les manifestations du 20 octobre et les violences qui ont officiellement fait 50 morts et 300 blessés, le gouvernement tchadien a mobilisé plusieurs ministres pour apporter des éclairages sur la situation et a reconnu pour la première fois avoir incarcéré plus de 600 personnes dans la prison de Koro Toro. Si Ndjamena n’avait jamais nié y avoir envoyé des détenus, le pouvoir n’avait jamais avancé de chiffre. Le Tchad reste tendu, avec des centaines de personnes arrêtées et des partis politiques et organisations suspendues.

Avec notre envoyé spécial à Ndjamena, Sébastien Németh

Cinq ministres sont venus ensemble à ce grand oral, alors que de nombreuses familles sont dans l’expectative concernant le sort de leurs proches arrêtés ou disparus.

Le ministre de la Justice a affirmé qu’une commission judiciaire était en place, avec quatre procureurs saisis à Ndjamena, Moundou, Koumra et Doba. Mahamat Ahmat Alhabo a révélé que 621 personnes avaient été auditionnées à la prison de haute sécurité de Koro Toro, dont 82 mineurs.

401 détenus en situation de flagrant délit ont vu leurs dossiers transmis au parquet de Ndjamena. 137 sont visés par des charges plus lourdes et leurs cas sont confiés aux cabinets d’instruction.

Nous avons connu une insurrection qui a tenté de renverser le régime et qui a malheureusement causé beaucoup de morts et beaucoup d’arrestations. Ces enquêtes devraient ordonner des poursuites à l’encontre de toutes les personnes, civiles et militaires, qui sont impliquées. C’est un travail de longue haleine qui ne se termine pas en quelques jours.

Le principe d’une mission d’enquête internationale a été accepté, « pour montrer notre bonne foi et situer les responsabilités », a indiqué le porte-parole du gouvernement. « Cela n’entame en rien le travail de nos magistrat », a précisé le Garde des sceaux.

Quant à la suspension d’activité qui touche sept partis politiques, le gouvernement menace désormais l’existence légale de ces formations. Le ministre de l’Administration territoriale a indiqué que l’État avait trop souffert de laxisme. Des éléments sont rassemblés pour permette à la Cour suprême d’ordonner « une dissolution pure et simple de certaines formations. On ne peut plus reculer. Nous allons opposer la rigueur de la loi », a déclaré Limane Mahamat.

En parallèle de la fermeté, le gouvernement a voulu montrer une ouverture. « Une large campagne d’échange sera lancée pour retrouver un consensus, car le pays ne doit pas basculer », a indiqué le ministre de la Réconciliation nationale Abderaman Koulamallah.

LE MINISTRE TCHADIEN DE LA RÉCONCILIATION NATIONALE ABDERAMAN KOULAMALLAH AFFIRME QUE LE GOUVERNEMENT VEUT TROUVER «UN CONSENSUS»

► À lire aussi: Tchad: remaniement à la tête de la gendarmerie et de la police

Sénégal : Dakar Dem Dikk peut-il passer à la vitesse supérieure ?

L’opérateur public de transports en commun entend jouer un rôle croissant pour fluidifier la circulation de l’agglomération. Il devra pour cela renouveler une flotte de bus aujourd’hui décimée.

Par  - à Dakar
 

 bus

 

Un car Dakar Dem Dikk dans les rues de Dakar, en 2022. © Martin A1999A/CREATIVE COMMONS

 

« Le parc est pratiquement à terre, on peine à sortir 50 bus par jour dans Dakar et sa banlieue, la situation est intenable. » C’est le constat dressé par Alioune Badara Konaté, secrétaire général de l’Union démocratique des travailleurs de Dakar Dem Dikk (DDD), qui appelle de ses vœux le renouvellement du parc automobile de l’opérateur public de transport fondé en 2001. Selon le responsable syndical, sur les 475 véhicules reçus par Dakar Dem Dikk en 2016 – suite à un contrat passé avec le constructeur indien Ashok Leyland (Hinduja Group) –, une grande partie serait aujourd’hui hors service.

Une commande de 1 400 bus

Si, selon nos informations, un contrat commercial a été signé il y a quelques mois entre le gouvernement sénégalais et le constructeur automobile franco-italien Iveco Group concernant la livraison de 1 400 véhicules, en deux phases, le dossier ne semble pas aujourd’hui totalement ficelé. En juillet, l’ancien directeur général de DDD, Omar Bounkhatab Sylla, parlait d’une arrivée « imminente » de ces nouveaux bus, dont la durée de vie devrait être comprise entre quinze et vingt ans. Quatre mois plus tard, son remplaçant, Ousmane Sylla – par ailleurs élu maire de Kédougou lors des dernières élections locales – la repoussait « à la fin du premier trimestre » de l’année 2023.

À LIREBus : Dakar Dem Dikk à l’assaut de la sous-région

Sur le papier, la société dispose pourtant d’une marge de manœuvre importante pour compter dans la mobilité urbaine de Dakar et sa banlieue – qui représente près de la moitié de la population urbaine du pays. Selon une récente étude réalisée par la fondation Friedrich Ebert sur les défis de l’urbanisation à Dakar, seulement 6 % de la demande en transports est assurée par Dakar Dem Dikk. Les mini-bus Aftu (Tata) seraient les plus utilisés, avec 35 % des déplacements, suivis des cars rapides (20 %), des clandos (12 %), des taxis (10,5 %) et des Ndiaga Ndiaye (4 %). Par ailleurs, la marche à pied serait le mode de déplacement le plus utilisé, à hauteur de 70 % du total.

Nouveau souffle

DDD a donc une carte à jouer pour contribuer à désembouteiller la capitale, en appui du Train express régional (TER), dont le deuxième tronçon (qui desservira l’aéroport international Blaise-Diagne à partir de la ville nouvelle de Diamniadio) est actuellement en construction, ainsi que du Bus Rapid Transit (BRT) – qui devrait être mis en service courant 2023. Ce dernier projet d’envergure sera composé de 121 bus qui transiteront à travers 23 stations étalées sur 14 communes, de la gare ferroviaire de Dakar à la mairie de Guédiawaye.

À LIRETransports : Sénégal Dem Dikk tisse son réseau interurbain

En attendant la finalisation du dossier Iveco, Dakar Dem Dikk devra composer avec les moyens du bord. « Sur le parc actuel qui couvre Dakar et sa banlieue, seuls 40 % des bus sont opérationnels », estime Ousmane Sylla, le nouveau directeur général, qui a pris ses fonctions à la mi-octobre au sein de la société, à laquelle il aimerait donner un nouveau souffle.

« L’objectif, avant la fin de l’année, c’est de faire circuler 120 bus par jour », ambitionne ce patron de 42 ans qui a passé l’essentiel de sa carrière à des postes de direction au sein du groupe sidérurgique ArcelorMittal, en Europe et en Afrique. « Il y a un travail de maintenance à venir, la plupart des bus sont réparables », estime celui qui voit dans la société « un potentiel extraordinaire » à développer.

Desserte de dix-sept villes

Outre la desserte de Dakar et sa banlieue – une quarantaine de lignes –, ainsi que le transport périscolaire, l’opérateur est également actif, depuis 2017, sur le territoire national via la couverture de dix-sept villes dans les quatorze régions du pays. En juillet, la société a reçu 33 bus modernes – équipés de ports USB, d’une connexion wifi et de sièges rétractables – pour renforcer ce volet périurbain.

« Nous avons également de nombreux projets dans la sous-région », indique Ousmane Sylla. Mauritanie, Maroc, Côte d’Ivoire : la société souhaiterait à terme desservir les capitales environnantes. Des ambitions déjà évoquées en 2020 avec le lancement d’Afrique Dem Dikk – qui se cantonne depuis lors à des liaisons quotidiennes avec la Gambie.

À LIRETravaux du BRT : Dakar dans les starting-blocks pour 2023

Dernière mise en œuvre dans la stratégie numérique de l’opérateur qui emploie 2 900 salariés : la signature d’une convention avec l’entreprise de mobile money Wave pour l’achat de billets par voie digitale. Ce service était déjà disponible auprès d’Orange money. Le groupe travaille aussi à la numérisation d’informations en temps réel, comme les retards ou les numéros de voies…  Si DDD semble avoir toutes les cartes en main pour peser davantage dans la mobilité urbaine de Dakar et du pays, « la seule chose qui nous freine pour le moment, c’est le manque de bus », estime le syndicaliste Alioune Badara Konaté.