Actualités

Burkina Faso: huit orpailleurs trouvent la mort sur le site minier de Bissa Gold à Sabcè

Exploitation d'une mine d'or, au Burkina Faso. (image d'illustration)
Exploitation d'une mine d'or, au Burkina Faso. (image d'illustration) Getty Images/Vostok

Ces orpailleurs s’étaient introduits clandestinement sur le site de la société minière Bissa Gold dans la commune de Sabcè, région du centre-nord. Les orpailleurs accusent les forces de l’ordre chargées de sécuriser la mine d’avoir utilisé du gaz lacrymogène pour chasser leurs camarades, ce qui serait à l’origine de la mort de ces derniers.

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

L’incident est survenu mercredi dans l’après-midi. Selon le procureur du Faso, des orpailleurs clandestins se seraient frauduleusement introduits dans des fosses désaffectées appartenant à la société minière Bissa Gold.

La police nationale affirme être intervenue pour dissuader les orpailleurs de quitter les lieux, sans mentionner les moyens utilisés. « Quelques instants, les orpailleurs sont venus pour signifier aux éléments de la CRS que certains de leurs camarades seraient toujours dans les galeries » peut-on lire dans le communiqué de la police.

Des rescapés, dont les témoignages ont été recueillis par le parquet, font état de l’usage de gaz lacrymogènes ayant entraîné « panique et étouffement des orpailleurs clandestins » estimés à une quarantaine de personnes. Le procureur informe qu’une procédure contre X sera incessamment instruite pour homicide involontaire.

En colère, les orpailleurs ont pris d’assaut les installations de la société minière. Plusieurs véhicules ont été incendiés et d’autres matériels saccagés.

Une enquête diligentée par le commissariat de district de Sabcé suite à l’envahissement de la mine a conduit à l’arrestation d’au moins quatre personnes et, là encore, le procureur signale que toutes les personnes mises en causes répondront de leurs actes.

L'Algérie annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec le Maroc

Le ministre des Affaires étrangères algérien Ramtane Lamamra lors de sa conférence de presse à Alger le 24 août 2021.
Le ministre des Affaires étrangères algérien Ramtane Lamamra lors de sa conférence de presse à Alger le 24 août 2021. AFP - -

Le ministre algérien des Affaires étrangères a déclaré en conférence de presse, ce mardi 24 août 2021, que le Maroc se prêtait à des « actions hostiles » envers son pays. Alger annonce la rupture immédiate de ses relations diplomatiques avec Rabat.

« L’Algérie a décidé de rompre les relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc à partir de ce jour », a-t-on appris ce mardi par l'intermédiaire du chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, lors d'une conférence de presse. 

Le Maroc n'a pas tardé à réagir, regrettant dans un communiqué une décision « complètement injustifiée », et rejetant « les prétextes fallacieux, voire absurdes, qui la sous-tendent ».

→ Lire aussi : L'Algérie et le Maroc à couteaux tirés sur de nombreux sujets

Le ministre algérien des Affaires étrangères a justifié le choix de son gouvernement par le fait que « l'histoire avait montré que le Royaume du Maroc n'a jamais cessé de mener des actions hostiles à l'encontre de l'Algérie ».

Selon lui, les dirigeants du Royaume marocain, limitrophe de la République algérienne, portent « la responsabilité des crises répétées, qui se sont aggravées » et provoquent, dit-il, « le conflit au lieu de l'intégration » dans tout le Maghreb.

→ À relire : Mohammed VI appelle à l'ouverture des frontières avec l'Algérie

Si les tensions entre ces deux pays sont anciennes, la pression était montée d'un cran mercredi, lorsque le Haut Conseil de sécurité, présidé par le président algérien Abdelmadjid Tebboune, avait décidé de réfléchir à ses relations futures avec Rabat.

L'Algérie avait accusé la semaine dernière son voisin d'être lié aux incendies meurtriers qui ont ravagé son territoire. Dans un communiqué, Alger dénonce « les actes hostiles incessants perpétrés par le Maroc contre l'Algérie ».

Aux yeux d'Alger, ces feux dévastateurs sont criminels, le fait de groupes qualifiés de terroristes. Les autorités algériennes pointent du doigt le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie, une organisation considérée comme terroriste en Algérie, et qui recevrait, selon la présidence algérienne, le soutien du Maroc. 

Le chef de la diplomatie algérienne accuse aussi le Maroc d'avoir espionné des responsables algériens et d'avoir failli à ses obligations bilatérales, entre autres concernant le Sahara occidental, où Alger soutient le Front Polisario. Et de promettre une « intensification des contrôles sécuritaires aux frontières ouest », qui sont fermées depuis 1994.

La rupture des relations diplomatiques est entrée dans les faits aussitôt. Mais les consulats dans les deux pays resteront ouverts, a précisé M. Lamamra.

Cette décision est la marque d'un durcissement politique et d'une certaine fébrilité en Algérie, estime Pierre Vermeren, professeur d'histoire contemporaine à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et spécialiste du Maghreb

Algérie-Maroc: des relations de voisinage loin d'être au beau fixe

Des décennies de tensions ont animé les relations des deux poids lourds d'Afrique du Nord. En cause : le Sahara occidental, qui oppose le Maroc aux indépendantistes du Front Polisario, soutenus par l'Algérie, depuis le départ des colons espagnols dans les années 1970. Rabat contrôle environ 80 % de ce territoire de discorde, et propose un plan d'autonomie de la région sous sa souveraineté.

Si les difficultés ont commencé dès les années 1960, les premiers à avoir rompu les relations sont les Marocains. C'était en 1976. Rabat entendait protester contre la reconnaissance, par Alger, de la République arabe sahraouie démocratique du Front Polisario. En 1994, le président algérien Liamine Zeroual remuait la plaie, déclarant qu'il restait en Afrique « un pays illégalement occupé ».

C'est à cette époque que le Maroc instaure un visa d'entrée pour les Algériens, suite à l'attaque d'un hôtel de Marrakech ayant causé la mort de deux touristes espagnols, tués par des islamistes franco-maghrébins. Rabat accuse alors les services algériens d'être derrière l'attentat et l'Algérie ferme sa frontière. Il faudra attendre la mort d'Hassan II, en 1999, pour voir un début de détente : le chef de l'État algérien vient aux obsèques.

Peu après cependant, un massacre fait 29 morts en Algérie. Fin du rapprochement : Abdelaziz Bouteflika accuse le Maroc de faciliter l'infiltration d'islamistes armés. Le dégel restera dans les cartons jusqu'en 2005. Alors, une série de rencontres avec Mohammed VI survient. Mais fin 2020, les États-Unis reconnaissent la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental pour remercier le Maroc d'avoir normalisé ses relations avec Israël. L'Algérie dénonce des « manœuvres étrangères ».

Alger, pour qui il s'agit d'un « conflit colonial », demande l'« application du droit international ». Mais le Maroc fait désormais pression sur l'Europe pour qu'elle reconnaisse sa souveraineté sur le Sahara occidental, d'où la crise de Ceuta avec Madrid, lorsque l'Espagne a accepté de soigner sur son sol un chef sahraoui.

La ligne rouge est franchie pour Alger lorsque le Maroc exprime son soutien au séparatisme kabyle, région berbérophone du nord-est de l'Algérie. Fin juillet, l'ambassadeur algérien à Rabat est rappelé pour consultations. Le 18 août, l'Algérie accuse le Maroc d'être impliqué dans les incendies qui ravagent la Kabylie, avant de rompre les relations diplomatiques une semaine plus tard.

(Avec agences)

Burkina Faso: le lynchage de trois fonctionnaires provoque l'émoi

Vue de Ouagadougou, au Burkina Faso. (Image d’illustration)
Vue de Ouagadougou, au Burkina Faso. (Image d’illustration) REUTERS/Joe Penney/Files

Vendredi 27 août, trois fonctionnaires ont été lynchés par une foule en colère dans le sud-ouest du Burkina Faso. Leur véhicule 4x4 venait de percuter un enfant. Dimanche, le président Roch Marc Christian Kaboré s'est exprimé.

Le président burkinabè, en personne, a réagi ce dimanche 30 août. « Tout en regrettant le décès accidentel d'un enfant dans la localité de Banlo (commune de Bouroum-Bouroum), je condamne énergiquement l'assassinat barbare des agents du Centre de contrôle des véhicules automobiles impliqués dans l'accident de circulation »a déclaré Roch Marc Christian Kaboré. Ce meurtre « d'une autre époque »a-t-il ajouté,« n'a pas de place dans la République. »

Vendredi 27 août, trois agents du CCVA rentrent d'une mission effectuée à Gaoua et roulent en direction de Ouagadougou, la capitale. Dans le village de Banlo, leur véhicule percute mortellement un enfant âgé d'une dizaine d'années. Quand la police arrive, le corps de l'enfant gît sans vie. « La population en furie »selon les mots du communiqué du procureur, bloque la circulation et le véhicule est endommagé. Toujours selon le procureur, des téléphones portables sont retrouvés dans la voiture, mais aucune trace des occupants.

« En pareille circonstance, en général, l'auteur de l'accident prend la fuite dans le but de se réfugier au poste de commissariat ou de gendarmerie le plus proche. Nous avons donc instruit le commissaire de police de faire tracter le véhicule impliqué dans l'accident en vue de le déposer au commissariat en attendant que le propriétaire se manifeste »poursuit le communiqué du procureur du Faso.

« Finalement, c'est aux environs de 3h du matin que le commissaire de police de Boroum-Boroum nous informait qu'il avait été contacté par le conseiller villageois de développement de Banlo. » Suivant les informations transmises, le commissaire constate la présence des trois corps dans un champ de maïs. Une équipe du parquet de Gaoua, en présence d'officiers de police judiciaire et d'agents de santé, est dépêchée sur place le samedi au petit matin.

Quatre personnes interpellées

Une enquête a été ouverte sur l'accident de la circulation qui a causé le décès de l'enfant et sur la mort des trois agents. Quatre personnes soupçonnées d'avoir participé aux actes de lynchage ont été interpellées. Le procureur du Faso à Gaoua rappelle « qu'en toutes circonstances, le pardon et la tolérance doivent prédominer sur tout autre sentiment de vengeance et de justice privée de nature à remettre en cause les valeurs du vivre ensemble et les principes de cohésion sociale. »

Huit députés du sud-ouest du Burkina cosignent une déclaration parue  dimanche. Ils présentent leurs condoléances aux parents « de toutes les victimes de ce drame » et condamnent fermement le lynchage des trois agents. « Nous, les élus nationaux du Sud-Ouest, ne ménagerons aucun effort pour contribuer aux côtés des autorités administratives et des maires de la région, pour un changement fondamental des mentalités. Nul n’a le droit de se rendre justice dans un État de droit. »

« Encore combien de Banlo pour arrêter les lynchages à mort ? », s'interroge le journal burkinabè Wakat Sera dans un éditorial.

C’est grave parce que dans l’Etat de droit, les gens ne doivent pas faire justice eux-mêmes. […] La justice privée ne fait qu’aggraver encore la situation.

Cheikh Alpha Boubacar Compaoré, Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Gaoua.

Côte d’Ivoire : avec qui Blé Goudé prépare-t-il son retour à Abidjan ?

| Par Jeune Afrique
Mis à jour le 25 août 2021 à 10h12

L’ex-ministre de la Jeunesse, qui fut un pilier du régime Gbagbo, s’apprête à regagner son pays, où il compte jouer un rôle politique majeur. Voici les personnalités sur lesquelles il s’appuie pour y parvenir.

Définitivement acquitté par la Cour pénale internationale (CPI), le 31 mars, en même temps que Laurent GbagboCharles Blé Goudé, 49 ans, réside toujours aux Pays-Bas. L’ancien ministre de la Jeunesse attend de recevoir son passeport – dont il a fait la demande en juillet.

Cela ne l’empêche nullement de préparer activement son retour en Côte d’Ivoire. Ses proches se disent optimistes et espèrent le voir gagner Abidjan dans les prochaines semaines.

Arrêté en 2013 au Ghana, Charles Blé Goudé – qui devait son surnom de « général de la rue » à sa capacité à mobiliser les foules, et notamment les jeunes – avait été transféré à la CPI, à La Haye, en 2014. Ses détracteurs et certaines ONG considèrent qu’il est l’un de ceux qui ont le plus contribué à exacerber les violences durant la crise postélectorale de 2010-2011.

Voici les six membres de son premier cercle.

Médecin personnel, ami intime et confident, il est l’homme de confiance de Charles Blé Goudé. Celui qu’il peut appeler à tout moment. Les deux hommes se sont rencontrés au sein de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci).

Secrétaire général du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep), le parti de Blé Goudé, Patrice Saraka y fait appliquer les décisions de son patron. Il coordonne par ailleurs le groupe de contact chargé d’organiser son retour au pays.

Cet universitaire est considéré comme le maître à penser de Blé Goudé. Après avoir géré le Cojep durant ses années de détention à La Haye, il est désormais son directeur de cabinet. Il l’avait déjà été à l’époque où son mentor était ministre de la Jeunesse et de l’Emploi, dans le dernier gouvernement Gbagbo.

Elle partage depuis vingt-quatre ans la vie de Blé Goudé, qu’elle a rencontré à l’université. Bien que de nature réservée, elle s’est impliquée en politique ces dernières années, représentant son mari sur le terrain. Lors de la chute de Laurent Gbagbo, elle avait quitté la Côte d’Ivoire pour le Togo, avant de regagner Abidjan après l’arrestation de son époux au Ghana, en 2013.



Cet Ivoiro-Belge, inscrit au barreau de Bruxelles, est l’avocat de Charles Blé Goudé. Il était membre de son équipe de défense dans son procès devant la CPI. Homme de réseaux, il joue également le rôle de missi dominici auprès de certains gouvernements africains et des milieux d’affaires. Blé Goudé, qui le connaît depuis leurs études à la cité universitaire de Yopougon, lui donne du “grand frère”.

Considéré comme l’idéologue du Cojep, dont il est le vice-président et l’un des cadres depuis sa création, il est l’un des plus proches de Blé Goudé à Abidjan. Homme de terrain, il gère également les relations publiques et discute avec les autorités ivoiriennes.


Philosophe de formation,  il enseigne en Suisse, d’où il coordonne les activités du Cojep en Europe et dans la diaspora. Il a organisé un réseau de solidarité en faveur de Charles Blé Goudé durant les sept années de détention de ce dernier à Scheveningen.

Sur le site de la librairie "La Procure"

 

https://www.laprocure.com/newsletter/rentree-litteraire-2021-est-parti-vendredi-aout-1243.html