Justice et Paix

" Je suis homme, l'injustice envers d'autres hommes révolte mon coeur. Je suis homme, l'oppression indigne ma nature. Je suis homme, les cruautés contre un si grand nombre de mes semblables ne m'inspirent que de l'horreur. Je suis homme et ce que je voudrais que l'on fit pour me rendre la liberté, l'honneur, les liens sacrés de la famille, je veux le faire pour rendre aux fils de ces peuples l'honneur, la liberté, la dignité. " (Cardinal Lavigerie, Conférence sur l'esclavage africain, Rome, église du Gesù)

 

NOS ENGAGEMENTS POUR LA JUSTICE T LA PAIX
S'EXPRIMENT DE DIFFÉRENTES MANIÈRES :

En vivant proches des pauvres, partageant leur vie.
Dans les lieux de fractures sociales où la dignité n'est pas respectée.
Dans les communautés de base où chaque personne est responsable et travaille pour le bien commun.
Dans les forums internationaux pour que les décisions prises ne laissent personne en marge.

Dans cette rubrique, nous aborderons différents engagements des Missionnaires d'Afrique, en particulier notre présence auprès des enfants de la rue à Ouagadougou et la défense du monde paysan.

 

Veuillez trouver ci-dessous copie de la Lettre du Réseau Justice et Paix des religieux et religieuses du Burkina Faso, lettre du mois de mai 2013, dont le thème est "LA CORRUPTION"

Notre confrère le Père Andreas Göpfert, actuellement dans la communauté de Koudougou, est depuis de nombreuses années intéressé par ce qu'il faudrait faire pour éviter les conflits entre personnes, entre groupes, et consacre beaucoup de son temps présentement à animer des sessions où il aide ceux et celles qui le souhaitent à réfléchir à cette question.

Le Père Jean Jacques Mukanga, un confrère congolais, a vécu les événements tragiques de la prise de Gao par la rébellion et témoigne ici de la présence toujours possible de la guerre au coeur de la vie missionnaire.

Le Père Wilbert Gobbo, formateur à la Fraternité Lavigerie à Abidjan, raconte avec un certain recul les événements tels qu'ils ont été vécus pendant la période de conflit en 2010-2011 dans la capitale économique Ivoirienne.

José Maria Cantal Rivas, provincial du Maghreb, nous a fait parvenir un texte sur le forum social qui s'est tenu à Tunis pendant la semaine sainte 2013.