Témoignages

 

« La souffrance spirituelle est de celles que l’on traverse »

Entretien 

Sociologue, spécialiste de la fin de vie, Tanguy Châtel étudie la question de la souffrance spirituelle qui peut être mieux accompagnée qu’on ne le croit.

  • Recueilli par Florence Chatel, 
« La souffrance spirituelle est de celles que l’on traverse »
 
 La souffrance spirituelle est beaucoup plus simple à accompagner qu’on ne le croit. Elle suscite une qualité de présence qui va permettre de savourer encore quelque chose de très profond dans l’existence.DOROTHÉE QUENNESSON DE PIXABAY

Tanguy Châtel, sociologue, est l’auteur de Vivants jusqu’à la mort. Accompagner la souffrance spirituelle en fin de vie, Albin Michel, 248 p., 19 €.

La Croix : « À quoi bon », « Autant en finir »… Ces mots expriment, selon vous, une souffrance spirituelle. Qu’entendez-vous par là ?

Tanguy Châtel : La souffrance spirituelle est une notion admise dans le cadre général des soins palliatifs. Si l’on repart de l’étymologie, « spirituel » vient de « souffle ». Par ailleurs, le mot « religion » vient de relegere qui veut dire « relire », mais aussi de religare, « relier ». La souffrance spirituelle s’articule autour de ces deux notions de continuer à ressentir du souffle et du lien. À l’heure du dernier souffle, qu’est-ce qui donne du souffle à la vie ? Comment est-ce que je me sens en lien avec moi-même, avec les autres, avec Dieu éventuellement ?

Comment répondre à cette souffrance ?

T. C. : La souffrance spirituelle n’est pas de celles que l’on fait cesser, mais de celles que l’on traverse, accompagné. La première condition est de soulager les douleurs physiques de la personne parce que, quand elle a mal, la douleur prend toute la place. Ensuite, la souffrance spirituelle est beaucoup plus simple à accompagner qu’on ne le croit. Elle suscite une qualité de présence qui va permettre de savourer encore quelque chose de très profond dans l’existence. La fin de vie n’est pas un temps mort. La personne a peut-être encore envie in extremis de donner du sens à sa vie, pas simplement au niveau philosophique, mais en faisant une expérience avec ses sens et ses affects, le toucher, l’odorat, la tendresse… Parfois des personnes témoignent que ces derniers moments ont, pour elles, le plus de valeur parce qu’elles y ont vécu une réconciliation ou fait des découvertes incroyables.

Comment faire reculer davantage cette souffrance aujourd’hui ?

T. C. : Le point primordial est de développer correctement les soins palliatifs. Aujourd’hui, la moitié des personnes qui devraient recevoir des soins palliatifs n’en bénéficient pas. De ce fait, les personnes sont mal accompagnées et l’image de fin de vie abominable que cela entretient amène à réclamer la légalisation de l’euthanasie.

Une telle légalisation viendrait bloquer la surprise du lendemain. L’expérience des soins palliatifs montre que beaucoup de personnes, ayant demandé l’euthanasie, dès lors que l’on soulage leur souffrance, retrouvent des belles raisons de vivre le lendemain, et le surlendemain, avec des choses très simples comme se réjouir d’un ciel bleu ou de la visite d’un petit-enfant.

Certains pensent qu’une fois l’euthanasie planifiée, les étapes qui la précèdent pourraient donner un surcroît de dimension spirituelle à la fin de vie. Je suis plutôt en désaccord avec cette vision parce que je la trouve très programmée. Quand on programme sa mort, on a dans l’idée que sa vie ne sera plus intéressante, qu’elle ne pourra plus être source de surprise. Or, si l’on revient à l’expérience du souffle, la dimension spirituelle est, par nature, celle qui va nous surprendre. Le souffle ne se maîtrise pas, il s’accueille.

Mali : l’imam Dicko courtisé par l’opposition à Goïta

Des émissaires de la principale coalition d’opposition tentent discrètement de convaincre le chef religieux de se rallier à eux. Explications.

 
Par Jeune Afrique
Mis à jour le 26 octobre 2022 à 15:51
 
 dicko

 

 

L’imam Mahmoud Dicko, lors d’une interview au Centre pour la paix et le vivre ensemble dans les pays du Sahel qui porte son nom, à Bamako le 10 juin 2021 © Nicolas Réméné pour JA

 

Voilà plusieurs mois que des émissaires du Cadre d’échange des partis et regroupements politiques pour une transition réussie multiplient les visites auprès de Mahmoud Dicko. Cette coalition d’opposition réunit, entre autres, le Rassemblement pour le Mali (RPM) du défunt Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-PASJ) présidé par Marimantia Diarra, Yéléma de l’ex-Premier ministre Moussa Mara et Action républicaine pour le progrès (ARP) de l’ancien ministre des Affaires étrangères Tiéman Hubert Coulibaly.

Sur les longues banquettes marron de son Centre pour la paix et le vivre ensemble dans les pays du Sahel, l’imam a reçu une délégation composée du dirigeant du RPM, Bokary Treta, de l’ancien ministre de la Jeunesse Amadou Koïta, ou encore de Modibo Soumaré, qui assure la présidence tournante du Cadre d’échange des partis.

Un homme à la manœuvre

Lors de leurs audiences (dont la dernière a eu lieu en août), les hommes politiques ont pu « discuter de l’actualité du pays et demander conseil à l’imam Dicko », dit-on dans l’entourage de ce dernier. Plus que de simples visites de courtoisie, ces rendez-vous visent surtout à convaincre le chef religieux, volontiers critique envers la junte au pouvoir à Bamako, de devenir la figure morale de la coalition d’opposition. Celle-ci espère bénéficier de son pouvoir de mobilisation, démontré lors des manifestations du M5-RFP contre le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta.

À LIREMali : à quoi joue l’imam Mahmoud Dicko ?

Un homme est à la manœuvre pour permettre ce rapprochement : le politique et docteur en économie Laya Amadou Guindo, également présent lors de ces entretiens. Ce membre fondateur de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Dicko (CMAS), dont il fut un temps en charge du secrétariat scientifique, a quitté cette plateforme en 2020 et rejoint la coalition d’opposition. Il est malgré tout resté très proche du prédicateur. Il n’empêche que celui-ci n’est pas encore décidé à rejoindre la coalition.

L’opposition aux autorités de transition compte en effet de nombreuses figures des années IBK, à l’instar de l’ex-Premier ministre Moussa Mara ou de Tiéman Hubert Coulibaly. Or, l’imam Dicko ayant été une figure de proue de la contestation qui a précédé la chute de l’ex-président, « s’associer à ses anciens ministres pourrait sembler incohérent », assure l’un de ses proches.

AKAA: l’artiste béninois Sanda Amadou relie art, sacré et écologie

 

Chez lui, pas de couleurs criardes, pas de personnages clinquants, pas de scènes spectaculaires. Sanda Amadou construit dans ses tableaux un surprenant vide au milieu d’une « forêt » particulière. L’artiste plasticien béninois de 44 ans, autodidacte, créé une trinité entre l’art, le sacré et la protection de l’environnement. Il est l’un des 130 artistes que 38 galeries internationales exposent actuellement à AKAA, la principale foire française pour les artistes d’Afrique et de ses diasporas.

RFI : Vous étiez d’abord professeur et écrivain, avec un doctorat en sociolinguistique. Comment êtes-vous venu à l’art contemporain ?

Sanda Amadou Au début, je n’ai pas vraiment choisi d’être artiste plasticien. Au départ, je voulais faire de la poésie et écrire des nouvelles. Mais, j’avais du mal à trouver une maison d’édition pour publier mes poèmes. Du coup, je me suis tourné vers ma culture nomade peule. J’ai commencé à collectionner des tatouages peuls que j’ai dessinés sur des papiers pour les expliquer et interpréter. Ensuite, j’ai basculé vers les arts plastiques.

 À lire aussi : AKAA: l’artiste malien Abdoulaye Konaté invite à la découverte de la création africaine 

La culture peule existe dans de nombreux pays. Vous êtes né au Bénin, vous avez étudié au Ghana et au Nigeria avant de retourner en 2019 au Bénin. Ce parcours personnel entre plusieurs pays et entre plusieurs cultures, comment a-t-il influencé votre approche artistique ?

Je ne pense pas qu’il y ait plusieurs cultures qui se reflètent dans mon travail, c’est plutôt une seule culture, la culture peule, même si c’est compliqué de parler de "la culture peule". Les Peuls se trouvent dans presque tous les pays en Afrique, mais il y a des points communs qui caractérisent la culture peule.

Ceux qui connaissant la culture peule reconnaîtront des éléments de cette culture dans mes tableaux, par exemple le bâton peul, un élément clé de notre culture, parce qu’il permet de« Zone interdite »

 

(Détail), œuvre de 2022 de l’artiste béninois Sanda Amadou à AKAA. © Siegfried Forster / RFI guider le troupeau dans la brousse.

 zone

       

Qu'est-ce qui vous a poussé à quitter le Bénin ?

Le Bénin est un petit pays. Il n’y avait pas d’écoles d’art. Donc, je me suis retrouvé au Nigeria. Cela m’a permis d’aller à la rencontre de plusieurs autres artistes et d’améliorer ma technique de travail, avec des écoles d’art à Lagos. C’était une grande ouverture dans le domaine des arts plastiques. Mais au Nigeria, cela n’était pas facile non plus, parce que je suis Peul et il y a toujours des conflits entre paysans et bergers nomades. Cela a eu aussi des répercussions sur mon travail. Je travaille abondamment sur les nomades peuls. Du coup, quand je fais des expositions, très souvent, c’est un peu mal vu par certaines personnes. Pour eux, ce sont des criminels, des bandits, etc. Je suis même allé en prison pour cela à Lagos. Ce n’est vraiment pas facile, mais je continue à travailler…

Une de vos séries exposées à AKAA par la galerie néerlandaise OpenArtExchange s’intitule Forbidden Zone. De quelle sorte de « zone interdite» parlez-vous ?

Quand on prend le cas du Bénin, il y a souvent des forêts sacrées. Et il y a forcément un espace qui n’est pas occupé, c’est la « zone interdite », un espace rituel dédié à la divinité. C’est comme un monastère ou un couvent. Je n’aime pas trop utiliser le mot « vaudou ». J’appelle cet espace « zone interdite », mais elle est simplement réservée aux initiés, aux adeptes d’une culture. Forcément, il y a une divinité. Ceux qui s’y connaissant savent les sacrifices qu’il faut faire. Et seulement eux ont accès à cet espace. Bien sûr, cette divinité a des règles qu’il ne faut pas transgresser. C’est-à-dire tous ceux qui se rendent dans la forêt sont tenus de respecter les règles imposées par cette divinité. En même temps, cela permet de préserver les forêts et la nature. Ces œuvres ne parlent pas de cette divinité, mais montrent comment on peut passer par le sacré pour préserver l’environnement.

Ces tableaux sont rigoureusement structurés : sur les bords, une peinture très ordonnée, très plate ; à l’intérieur de la pièce apparaît une partie sculpturale, plasticienne, symbolisant une sorte de forêt ; et au cœur de l’œuvre domine un espace vide. Parlez-nous de cette structure et des matières et des couleurs qui vont avec.

Je n’aime pas trop les couleurs vives. J’aime les couleurs un peu ternes, par exemple le jaune ocre, le gris, le noir et aussi le « blanc sale ». La matière qui est là est composée de tresses, très populaire au Bénin et en Afrique. C’est fait à base de mèches synthétiques. Je prends ces mèches, je vais les colorer avec de l’acrylique, et ensuite, je les colle sur le tableau. Au milieu, je laisse un espace, réservé aux divinités. L’idée m’est venue au Bénin. J’ai vu des femmes tressées, et je me suis dit de prendre les tresses, mais pas pour parler des tresses, mais pour les détourner afin de représenter des forêts.

 

« Gardien des esprits III » (Détail), œuvre de 2022 de l’artiste béninois Sanda Amadou à AKAA. © Siegfried Forster / RFI

gardien

Toutes vos œuvres exposées à l’AKAA portent des titres lourds de sens (Zone interditeGardien des espritsRetour à la sourceL’épanouissement) et ont été créées en 2022. Y avait-il une urgence de réaliser et montrer ces œuvres ?

L’urgence est là : la planète. Nous le savons tous. Nous n’avons pas le choix. Nous devons, coûte que coûte, tout faire pour la préserver, lutter contre la pollution… L’urgence, elle est là. Au Bénin, comme dans beaucoup de pays en Afrique, on sent qu’il y a un dérèglement climatique. La saison de sèche dure plus longtemps. La saison pluvieuse se pointe plus tard, la chaleur monte.

 

 À lire aussi : Art contemporain: Paris+, le calme avant la tempête?

Même en Europe, on voit déjà qu’il n’y a plus de saisons. Nous sommes en octobre, normalement, il devrait faire froid ici à Paris, mais il fait chaud. Il est temps de prendre conscience, de changer nos habitudes. On a beau tout dire, mais la sensibilisation ne marche pas à 100%. S’il était possible de sacraliser toutes les forêts du monde, cela pourrait changer la donne. Cela pourrait permettre aux gens de respecter la nature. Pour cela, j’ai réalisé cette série Les lieux sacrés. Dès qu’on vous dit qu’il s’agit d’une forêt sacrée, automatiquement, vous changez votre attitude et vous respectez les règles qu’il ne faut pas transgresser. J’admets, dans la culture occidentale, c’est difficile de croire à des divinités, mais dans les pays africains, cela marche.

Vous soulignez que les ancêtres ont su vivre avec la nature. Comment communiquez-vous avec la nature ?

Quand je suis au Bénin, par exemple, quand je vais à la ferme de ma mère, que j’ai besoin d’une crosse ou d’une plante pour me soigner, je ne vais pas aller directement avec mon couteau pour couper. Il va falloir d’abord demander la permission. Quand vous avez besoin d’une feuille ou autre chose de cette plante, aussi petite qu’elle soit, vous devez d’abord formuler une demande, oralement, avant de recueillir les feuilles de cette plante ou l’écorce d’un arbre. Et vous prenez juste ce dont vous avez besoin. Si vous devez arracher toute la plante, il va falloir planter une autre plante ou voir ce qu’il faut faire pour qu’il n’y ait pas trop de dommages. C’est comme si vous vous adressez à un être humain. Par exemple : « Je ne me sens pas à l’aise, je suis un peu malade, j’aimerais avoir une partie de toi, j’en ai besoin pour me guérir. » Vous communiquez comme si vous demandiez service à quelqu’un. Si vous ne le faites pas, c’est comme un manque de considération.

► Les œuvres de Sanda Amadou sont exposées par la galerie OpenArtExchange à AKAA, du 21 au 23 octobre à Paris, Carreau du Temple.

aet1

aet2

aet3

aet4

aet5

aet6

aet7

aet8

aet9

Sénégal : dix choses à savoir sur Mimi Touré, fidèle de Macky Sall devenue rebelle

L’ex-Première ministre vient de claquer la porte de la majorité présidentielle, allant jusqu’à proposer une loi ciblant la famille du chef de l’État. Coup de projecteur sur le parcours de cette frondeuse qui fut la tête de liste aux dernières législatives.

Mis à jour le 20 octobre 2022 à 11:04

 

mimi 

 

Aminata Touré, ancienne Première ministre du Sénégal. © Montage JA : Sylvain Cherkaoui pour JA.

DIX CHOSES À SAVOIR SUR – Parmi les alliés de Macky Sall, elle était sans doute la plus capée. Mais depuis les législatives du 31 juillet, le divorce semble consommé entre Aminata « Mimi » Touré et le chef de l’État. Pour entériner ce clash politique, la députée, tête de liste de la coalition présidentielle lors de ces dernières élections, a déposé une proposition de loi « limitant l’exercice de fonctions et responsabilités dans les institutions de la République en rapport avec l’existence de liens familiaux avec le président de la République ».

À LIRESénégal : quand Mimi Touré rompt avec Macky Sall

Une déclaration de guerre qui ne dit pas son nom mais qui vise, sans s’en cacher outre mesure, l’entourage proche de Macky Sall – en particulier sa famille. Quelles sont les racines de « Mimi », la fidèle devenue rebelle, qui ne fait plus mystère de ses ambitions en vue de la présidentielle de 2024 ?

1. Népotisme

L’initiative est symbolique mais conforme à l’approche tonitruante de l’intéressée. Ce 10 octobre, Aminata Touré a déposé une proposition de loi « limitant l’exercice de fonctions et responsabilités dans les institutions de la République en rapport avec l’existence de liens familiaux avec le président de la République ».

Et d’énumérer ensuite les fonctions taboues (« Premier ministre, président d’institution, chef d’état-major des armées, directeur ou directeur général d’un établissement public ou d’une société où l’État dispose d’une part majoritaire des actions, ambassadeur, consul »…) et les relations familiales susceptibles de poser problème : ascendants, descendants, frères et sœurs, descendants des frères et sœurs du président de la République et/ou de son conjoint. Venant d’une députée non inscrite, la proposition a peu de chances d’aboutir… Mais elle est censée marquer les esprits.

2. Conflit d’intérêts

Cette question, Aminata Touré la connaît bien. Lorsqu’elle est nommée à la Justice, en 2012, au lendemain de l’élection de Macky Sall, son ex-mari, Oumar Sarr, père de l’une de ses filles, est un adversaire politique résolu du nouveau chef de l’État. Ministre quasi inamovible d’Abdoulaye Wade durant ses deux mandats, nommé secrétaire général adjoint du Parti démocratique sénégalais (PDS) quand le patriarche passe la main – sans vraiment lâcher les rênes du parti –, en 2012, il se retrouve un temps dans le viseur de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

À LIRESénégal – Oumar Sarr : « Les gendarmes m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas violer la Constitution »

Il ne sera jamais véritablement inquiété, mais comment Mimi Touré l’a-t-elle vécu à l’époque ? « Il n’y a jamais eu de ‘scène’ entre nous à ce propos. Les extrémistes des deux camps parlaient souvent d’un pacte secret de non-agression », résume-t-elle. Depuis 2019, Oumar Sarr est ministre des Mines et de la Géologie.

3. Sportive

Elle fut championne scolaire et universitaire du 200 mètres au Sénégal, puis invitée comme « jeune athlète prometteur » aux Jeux olympiques de Moscou en 1980, à l’âge de 18 ans. Elle fut aussi judoka et footballeuse, en l’occurrence défenseure latérale dans l’équipe des Gazelles de Dakar. « Défenseure, une compétence utile ces temps-ci », ironise-t-elle. Elle est aussi une amie de jeunesse de l’actuelle secrétaire générale de la Fifa, Fatma Samoura.

4. Anti-apartheid

Mimi Touré voue une grande admiration à Nelson Mandela : « J’ai grandi dans une période d’intensité politique internationale : la lutte contre l’apartheid, tout comme le massacre qui a suivi les émeutes de Soweto, en juin 1976, m’ont marquée. J’avais alors 14 ans. » Ce combat sera l’élément déclencheur de son engagement politique, au lycée puis à l’université, en France.

À LIRENelson Mandela : 1918-1930, l’enfance d’un chef

« En raison du combat de Mandela, bien sûr, mais aussi pour la capacité qu’il a eue à transcender des souffrances injustement infligées et à pardonner à ses bourreaux. Je l’admire encore pour n’avoir pas succombé à la tentation de s’accrocher au pouvoir. »

5. Extrême-gauche

Ancrée à la gauche de la gauche, elle milite dès son adolescence à la Ligue communiste des travailleurs (LCT), qui allait devenir le Mouvement pour le socialisme et l’unité (MSU). Arrivée en France pour ses études en 1981, quatre mois après l’élection de François Mitterrand, elle assiste à « l’espérance d’un grand bouleversement, à la confrontation de ce nouveau régime à la réalité du pouvoir et aussi à son adaptation aux réalités économiques et sociales ».

Revenue au Sénégal, elle sera, en 1993, la directrice de campagne de Landing Savané, dont elle rejoindra, l’année suivante, le parti, And-Jëf/Mouvement révolutionnaire pour la démocratie nouvelle (AJ/MRDN).

6. Troisième mandat

Elle ne veut pas en entendre parler, au Sénégal ni ailleurs sur le continent. Selon elle, ici réside la pomme de discorde qui l’a incitée à larguer les amarres avec Macky Sall.

Tous deux sont de la même génération – il est né en 1961, elle, en 1962 –, et cela a contribué à forger leur complicité. « Il portait un espoir en matière de modernité, de renouveau, d’audace… Il prétendait faire les choses autrement », explique-t-elle. À l’en croire, le chef de l’État lui aurait plusieurs fois assuré qu’il ne briguerait pas un troisième mandat. « Les dispositions adoptées en 2001 sont d’ailleurs claires sur ce point, il suffit de relire l’article 27 de la Constitution, ajoute-t-elle. Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs. »

À LIRESénégal : la colère d’Aminata Touré après l’improbable élection d’Amadou Mame Diop

« Il ne s’agit pas seulement de la démocratie sénégalaise : sur le continent, depuis que ce type de limitation est inscrite dans les Constitutions, 21 chefs d’État, dans 14 pays, ont quitté leur fonction du fait des dispositions sur la limitation des mandats », déclarait-elle à Jeune Afrique en décembre 2020.

7. Face à Wade

Elle n’aura ménagé ni le père, ni le fils. « Abdoulaye Wade avait fini par désespérer tous les intellectuels du pays », résume-t-elle, en évoquant la fin du second mandat du prédécesseur de Macky Sall. C’est lorsqu’elle devient ministre de la Justice que des poursuites sont lancées contre le fils de l’ex-président, Karim. Lequel finira par être condamné, en mars 2015, à six ans de prison ferme et 138 milliards de F CFA d’amende pour enrichissement illicite. Incarcéré à la prison de Rebeuss, à Dakar, il y passera trois ans et deux mois.

8. Enrichissement illicite

Réhabilitée en 2012, lorsque Mimi Touré vient d’être nommée à la Justice, après trois décennies de mise en sommeil, la CREI, dont les décisions ont été contestées à l’international à plusieurs reprises, n’a-t-elle pas montré ses limites ? « Nous avons travaillé avec les outils que nous avons trouvés à l’époque : la CREI, le code pénal, etc. La reddition des comptes était – et reste – une exigence des populations. Il y a eu par la suite un projet de reformer la CREI, avec l’idée d’aller vers des parquets financiers au sein des tribunaux de grande instance. C’eût été une bonne chose pour systématiser la lutte contre le pillage des deniers publics. »

À LIRESénégal – Affaire Karim Wade : vers une amnistie non désirée ?

9. En rythme

Elle se définit volontiers comme une mélomane et explique s’être fait plaisir, durant la dernière campagne électorale, en se trémoussant aux sons des musiques du ngoyane de son Saloum natal. « Quand on dit que la musique adoucit les mœurs, c’est tellement vrai ! », lâche-t-elle, regrettant que l’Afrique soit assise « sur un patrimoine immatériel qu’on laisse mourir ». « La musique, dit-elle encore, est un secteur économique à mieux organiser et qu’il faut appuyer pour que les talents vivent véritablement de leur art. »

10. Intransigeante

Depuis qu’un projet d’amnistie susceptible de profiter à des personnalités politiques rendues inéligibles par une condamnation pénale a été évoqué en Conseil des ministres, elle a fait connaître sa désapprobation : « Si [une telle loi] vient à l’Assemblée nationale, je ne la voterai pas ! » Malgré le bilan mitigé de la CREI, Mimi Touré n’en démord pas : Karim Wade a été condamné et elle se refuse à tourner la page.

Sous-catégories

Les informations sur nos maisons de formation datent de quelques années, et nous avons demandé aux responsables de ces maisons de nous donner des nouvelles plus récentes.
La première réponse reçue vient de Samagan, le noviciat près de Bobo-Dioulasso (lire la suite)

 

La deuxième réponse nous a été donnée par la "Maison Lavigerie", notre maison de formation à la périphérie de Ouagadougou, où les candidats ont leurs trois premières années de formation (lire la suite)